Accueil | Mentions légales | Contact |
 
 

  Navigation : Accueil > Tourisme > Le feu Saint- Jean

    Tourisme
menu_bas

picto Mairie de Vasteville
Rue Jean François-Millet
50440 - Vasteville
Tél : 02.33.52.74.68
Fax : 02.33.52.73.59


picto Flux RSS Flux RSS | Plan du site


Le feu Saint- Jean
séparateur
Le feu de la Saint-Jean
( par Lucien Bourdon)

picto « Une tradition parmi tant d'autres, qui n'est pas particulière aux Vastevillais, mais recueil­lie par eux et complétée. Le jour du feu St-Jean, dès le matin, avec un cheval et une voiture, les jeunes passent par les maisons quêter les fagots; l'après-midi, l’on plante une haute perche en bois vert à l'emplacement du bûcher, puis des hommes entreprennent d'empiler les fagots avec l'aide des jeunes. Arrivés à une hauteur d'un mètre environ, ils laissent une « foûonette » devant chacun des quatre points cardinaux; à partir de ces « foûonettes », ils ménagent une cheminée autour de la perche et continuent d'empiler en rétrécissant jusqu'à épuisement des fagots (environ 400 à 450).

picto Pendant ce temps, les filles préparent une couronne avec des fleurs naturelles et cette couronne est placée tout en haut de la perche avec un petit drapeau.

picto Le soir venu, devant l'église, se rassemblent tous les fidèles pour la procession, avec la bannière, le clergé avec des flambeaux, chantant la procession en Coutançais (hymne Ut   queant laxis). Les Normands du P'tit Capet de Brix et de la Hague~Vaten, toutes les filles coiffées du bonnet de triolette, enfin tout le monde suit pieusement en chantant jusqu'au bûcher. Arrivés à celui-ci, le prêtre le bénit, puis allume avec son cierge la "foûonette" du bûcher placée vers l'est, passe son cierge au maire qui allume celle du côté du sud; le maire passe le cierge à son tour au plus géné­reux donateur de fagots, qui allume celle du côté de l'ouest et, enfin, les derniers mariés de la commune allument celle placée vers le nord. Aussitôt les flammes montent vers le ciel en prenant la cheminée, ce qui permettra au bûcher de ne pas se coucher. Pendant que le clergé se retire, les deux groupes chantent la St-Jean et aussitôt démarre une interminable ronde qui durera jusqu'au pe­tit jour. Pendant que la ronde tourne, de temps à autre les deux groupes folkloriques donnent Quel­ques intermèdes de danses et chants sur podium à proximité du bûcher, puis rejoignent la ronde; il en est ainsi jusqu'au moment où il ne reste plus que la braise. »